La petite enfance, l’enfance et la puberté sont des étapes cruciales du développement et du processus d’épanouissement de l’être humain. Pour cette raison, il faut veiller à suivre l’enfant de manière constante et régulière pendant ces périodes de la vie. L’ostéopathie intervient donc dans ce but pour accompagner et soigner l’enfant tout au long de son développement physique et psychologique. Découvrez ici l’essentiel à savoir avant de recourir à l’ostéopathie pédiatrique.

L’ostéopathie : qu’est-ce que c’est ?

Si vous n’êtes pas très informé sur le sujet, il est nécessaire que vous preniez connaissance de ce qu’est l’ostéopathie avant de prendre une quelconque décision.

Apparue au XIXème siècle aux États-Unis, l’ostéopathie est une méthode de soins thérapeutiques classée dans la catégorie des pratiques de la médecine douce. L’ostéopathie se base fondamentalement sur la manipulation manuelle des os et des muscles du corps. En France, la loi reconnaît l’ostéopathie comme méthode de traitement depuis 2002.

Lorsqu’elle est réalisée par un professionnel compétent, cette manipulation de l’appareil locomoteur agit non seulement sur les tissus organiques, mais aussi sur les principaux organes du corps. Si vous désirez essayer une séance de traitement ostéopathique dans le centre-nord de la France, Dimitri WOJTAKOWSKI, votre ostéopathe vous accueille dans son cabinet situé à Paris 13.

Pour soulager l’organisme, les ostéopathes font recours à plusieurs techniques de stimulation du système musculo-squelettique. Ainsi, lors d’une séance chez l’ostéopathe, votre médecin traitant pourra faire l’usage de techniques de pression de points, de massage, d’élongation et de torsion.

L’ostéopathie et les enfants : les questions à se poser

Les enfants ont un corps beaucoup plus fragile et délicat que celui des adultes, c’est un fait. Pour cette raison, tout traitement qui peut être réalisé sur un adulte n’est pas forcément adapté et recommandable pour les plus jeunes.

Si vous décidez de soumettre un enfant ou un bébé à la pratique d’une thérapie ostéopathique, il faudra donc vous poser les bonnes questions.

À quel moment faire une prise en charge ostéopathique ?

À quelques contre-indications près, l’enfant peut être pris en charge par l’ostéopathie dès son plus bas âge et même les nourrissons sont concernés. Elle permettra d’abord de s’assurer que l’enfant n’a pas eu de traumatisme lors de la grossesse. Très tôt, l’ostéopathe pourra détecter et soigner les problèmes posturaux chez l’enfant de 0 à 2 ans comme le trouble de la succion par exemple.

Ensuite, l’ostéopathie permet également de suivre le jeune enfant au moment de la prémarche en travaillant sur sa posture debout. Plus tard, elle aidera aussi à ce que l’enfant apprenne plus facilement à marcher.

À titre préventif, il est généralement recommandé de faire un bilan chez l’ostéopathe deux fois par an au moins pour déceler certaines affections. Cela permettra aussi d’assurer une croissance harmonieuse chez l’enfant et d’atteindre un développement psychomoteur optimal.

Pour quel genre de problèmes ?

Dans la vie de l’enfant, l’ostéopathie peut intervenir aussi bien de façon curative que préventive. Elle se présente également comme une bonne thérapie pour accompagner la période de la croissance et celle de la puberté.

De plus, des séances chez l’ostéopathe sont bénéfiques pour corriger les traumatismes aussi bien physiques que psychologiques.

Lors de l’apprentissage de la marche, l’enfant subit des chutes qui peuvent créer des troubles de toutes sortes, même lorsqu’elles sont peu inquiétantes :

  • des affections du système oto-rhino laryngologique ;
  • un sommeil agité ;
  • un mal à digérer et une constipation régulière ;
  • des déviations de la colonne vertébrale et du squelette ;
  • des accès de colère récurrents.

Un traitement ostéopathique bien réalisé est supposé pallier ce genre de problèmes chez les jeunes enfants. Il permet aussi de diagnostiquer, d’éliminer et d’atténuer les troubles de la statique chez les enfants qui se manifestent souvent par la scoliose, la cyphose et la lordose.

Pendant et après un traitement orthodontique qui nécessite la pose d’un appareil dentaire chez les plus jeunes, un suivi ostéopathique régulier est très recommandé. Il permet d’atténuer les contraintes au confort de l’enfant que crée l’appareil dentaire (maux de tête, troubles visuels et vertiges).

Dans certains cas, le suivi d’un traitement ostéopathique peut aider l’enfant scolarisé à surmonter certaines difficultés et certains troubles de l’apprentissage. Ainsi, l’ostéopathe peut servir d’accompagnateur lors de la scolarité de l’enfant en l’aidant à être plus concentré et plus réceptif aux cours.

Quelles sont les techniques employées ?

Au début du traitement, l’ostéopathe se contente d’effectuer un bilan général en posant des questions au parent et à l’enfant sur ses antécédents et un examen physique par palpation. Cela permettra au traitant de savoir si l’enfant est éligible à une thérapie ostéopathique.

En effet, la manipulation ostéopathique est contre-indiquée dans le cas de certaines pathologies chroniques. Il s’agit de toutes maladies provoquant une certaine fragilité des tissus osseux, conjonctifs et artériels et des formes d’hémorragie comme l’hémophilie.

Chez les bébés, l’ostéopathe doit rester très délicat lors de ses manipulations des tissus pour ne pas créer de traumatismes supplémentaires. Les manipulations crâniennes et pelviennes sont d’ailleurs proscrites dans ce cas.

Gardez à l’esprit qu’un ostéopathe n’est pas habilité pour prescrire des médicaments antibiotiques et pour signer des dispenses.