Les douleurs aux articulations sont un mal très fréquent qui ne touche pas seulement les seniors, contrairement à une idée particulièrement répandue. En effet, un tiers des Français entre 18 et 24 ans disent en souffrir.(1) Au-delà de 24 ans, le pourcentage passe à 50 % (1). Or, ces douleurs, qui représentent une gêne importante au quotidien, peuvent être prévenues par quelques changements d’habitude et soulagées en consultant un ostéopathe.

Arthrose, arthralgie ou arthrite : et si on révisait notre vocabulaire ?

Lorsque l’on parle de douleurs articulaires, un certain nombre de termes reviennent, en lien avec celles-ci. Pour bien comprendre de quoi il s’agit, révisons notre vocabulaire :

  • l’arthralgie est le terme savant pour nommer les douleurs articulaires. Il est formé de deux mots grecs : « arthron » qui signifie « articulation et « algos » qui signifie douleur. Les arthralgies peuvent soit apparaître brutalement et sont qualifiées « d’aiguës » ou s’installer de façon progressive et devenir « chroniques ».
  • l’arthrose ou « ostéoarthrite » est la première cause des douleurs articulaires. Elle se traduit par une usure du cartilage de l’articulation.
  • l’arthrite est une inflammation qui touche les articulations et qui peut être liée à de l’arthrose ou non.
  • les rhumatismes correspondent à un grand nombre d’infections touchant les articulations. L’arthrose est l’un des plus importants, suivi par les rhumatismes inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde (qui touche principalement les mains et les poignets et qui se traduit par des articulations rouges et gonflées, entraînant des déformations de l’articulation) ou les spondylarthropathies ankylosantes (qui entraînent des douleurs très vives au niveau des vertèbres et du bassin).

Parmi les symptômes, la douleur en première ligne

Le premier symptôme d’une arthralgie est une douleur d’intensité variable, mais qui peut, dans certains cas, devenir insupportable, obligeant la personne à arrêter toute activité. Suivant l’articulation touchée, d’autres symptômes peuvent apparaître comme une tuméfaction, signe de la présence d’une inflammation. Lorsque la douleur articulaire est située dans le dos, elle peut entraîner des dorsalgies (lombalgies, cervicalgies…). Dans le cas de maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde, la mobilité des articulations est réduite et une raideur s’intalle alors peu à peu. Lorsque la douleur est ressentie au niveau de plusieurs articulations, c’est le signe d’une polyarthrite ou « polyarthralgie ». Dans tous les cas, ces douleurs peuvent impacter de façon importante le quotidien des malades qui voient leur sommeil détérioré. Un certain nombre d’entre eux deviennent aussi incapables d’effectuer des gestes de la vie quotidienne et des activités de loisirs, avec des répercussions sur la vie familiale ou professionnelle.

L’approche ostéopathique pour des articulations toniques

Afin d’identifier la cause des douleurs de son patient, l’ostéopathe commence sa consultation en réalisant une anamnèse. Suivant les réponses qu’il obtient, il se fait une idée plus précise du type d’articulation touchée et de l’étendue de la gêne subie par la personne. Le praticien peut également demander des examens complémentaires ou réorienter son patient vers son médecin traitant, s’il soupçonne une pathologie sous-jacente comme une luxation, une fracture, une maladie dégénérative, etc. Une fois ce type de diagnostic écarté, l’ostéopathe redonne de la mobilité à l’articulation touchée en détendant les muscles et en agissant sur les structures autour de celle-ci (ligaments, tendons…). Pour cela, il utilise des techniques douces afin de ne pas réveiller la douleur. Pour ces mêmes raisons, il travaille « à distance » de l’articulation. Afin d’éviter le retour des douleurs, il vérifie également la présence de dysfonctionnements sur les zones du corps qui peuvent avoir une incidence sur l’arthralgie et les traite s’il y a lieu.

Les conseils de votre ostéopathe pour prévenir les douleurs articulaires

Il est possible de prendre soin de ses articulations, entre deux séances d’ostéopathie, pour éviter le retour des douleurs ou pour agir de façon préventive. Pour cela, votre ostéopathe peut vous conseiller de modifier votre alimentation pour, d’une part, éliminer un éventuel surpoids qui pèse sur vos structures articulaires et, d’autre part, diminuer le terrain inflammatoire. Pour cela, privilégiez les aliments anti-inflammatoires comme le curcuma et ceux riches en Oméga-3, par exemple. La pratique sportive est également encouragée dans le cas de douleurs articulaires, à condition qu’elle ne sursollicite pas les articulations. Choisissez donc une activité douce, comme la natation ou le yoga. Enfin, les massages à base d’huiles essentielles sont également susceptibles d’apporter un soulagement immédiat. Vous pouvez utiliser celles de genévrier ou d’eucalyptus citronné, diluées dans une huile végétale.

En cas de survenue de douleurs articulaires, prenez rendez-vous sans attendre chez un ostéopathe et mettez en place quelques gestes « santé » pour apaiser la douleur. Vous serez ainsi rapidement soulagé et éviterez l’apparition de douleurs chroniques. Dans tous les cas, en optant pour un suivi ostéopathique, associé à une alimentation adaptée et à une activité physique douce, vous augmenterez vos chances de retrouver rapidement une vie en pleine santé.

Les conseils donnés dans cet article ne se substituent, en aucun cas, à un diagnostic posé par un médecin ou par tout autre professionnel de santé, ni à un traitement médical.

Sources : (1) Sondage IFOP Les Français et les rhumatismes mené pour l’Inserm et « Ensemble contre les Rhumatismes » (2016).